Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

Publié depuis Overblog

20 Novembre 2020 , Rédigé par quelqu'un-e

Vers une société non-marchande (audio)

Lire la suite

Tout doit changer demain

2 Avril 2020 , Rédigé par quelqu'un-e

TOUT DOIT CHANGER DEMAIN (1)  26/03/20

 

Salut à toutes et tous,

 

Alors que la propagation du virus tueur continue à avancer, les dirigeants politiques, gestionnaires du système actuel, annoncent déjà une période de récession sans précédent lorsque la crise sanitaire sera finie. 

En France, Édouard Philippe est clair : après le covid19 , ça va être très dur « économiquement » ; Il ne précise pas exactement pour qui.

Pensant que les postes qu’ils occupent et le solde de leur compte en banque les mettront à l’abris, ils préparent les esprits : ça va repartir comme avant et les gens devront faire de plus gros efforts, encore.

Ces « premiers de la classe » en cravates se trompent : rien ne pourra continuer comme avant.

Aujourd’hui la nature leur dit stop ! Elle nous dit stop. Si l’humanité ne l’écoute pas, elle sera sans pitié et éliminera d’un trait de plume cette engeance stupide qui met en péril grave ce que la vie a mis des millions d’années à élaborer. 

Nous sommes aujourd’hui à une croisée des chemins; nous avons le choix de prendre le bon ou de disparaître définitivement; Nous ne serons pas la seule espèce à qui cela sera arrivé.

Comme le dit l’astrophysicien-philosophe Aurélien Barrau : «  Nous n’allons pas dans le mur, nous sommes déjà dedans ». 

Peut-être est-il déjà trop tard, mais peut-être avons-nous encore une mince chance de nous en sortir ensemble.

Recommencer, comme si de rien n’était, avec ce système dépassé, inventé par des hommes, dont le moteur est le profit financier qui oblige à une production sale et destructrice est inconcevable pour ceux qui souhaitent continuer à vivre libres, heureux et en bonne santé.

Aujourd’hui le virus destructeur prend des vies innocentes. L’inconséquence des gestionnaires de la planète en est responsable; fabriquer des armes de destruction rapporte plus d’argent virtuel que la recherche scientifique et médicale; ce n’est qu’un exemple. 

Ils ont fait des hommes une armée d’ombre traumatisée et soumise qui s’entasse dans les transports pour survivre. Ceux qui sont encore moins chanceux restent sur le bas côté de la route, sans rien faire, impuissants.

La Terre est devenue une immense prison et une vaste poubelle. Nous en sommes tous responsables; coupables de cupidité mais aussi de soumission, coupables de ne rien faire pour que ça change vraiment.

Ce matin l’ONU appelait à libérer des détenus  pour éviter une propagation trop rapide du Covid19.

Qui aurait cru qu’un virus ouvrirait les portes des prisons ? 

Peut-être nous fera-t-il aussi comprendre que nous sommes nés pour être libres, heureux, solidaires. 

 

Rien ne pourra continuer comme avant.

 

Amicalement,

 

kuhing

 

——

 

TOUT DOIT CHANGER DEMAIN (2)

 

Salut à toutes et tous,

 

J’espère que vous tenez le coup. Il le faut.

Rien ne sera comme avant après l’avertissement sérieux que nous envoie la nature avec  ce tueur qui menace l’humanité.

Nous sommes déjà « dans le mur » comme le dit Aurélien Barrau et nous avons un choix : reculer si c’est encore possible, panser nos blessures et celles de la planète puis repartir sur une bonne voie sinon disparaître. 

Il ne s’agit plus d’un scénario catastrophiste de série B mais de présent.

Mais où se trouve la bonne voie ?

Les lanceurs d’alertes nous ont informé depuis longtemps que la situation était grave ( souvenons nous de René Dumont ) et que maintenant elle est urgente. Ce qui arrive indique que le délai qui mène à la catastrophe a été, même par eux, sous-estimé.

La vie sur la planète Terre, sauf peut-être pour les virus, est en danger grave.

Nous le savons, nous le vivons.

Mais que faire ? Comment redresser la barre ?

Il manque un projet clair.

Sans avoir la prétention de le proposer, ci-joint un texte ci dessous «  Ce qu’il faut construire » que j’avais écrit en 2012 qui ouvre peut-être quelques pistes.

Je vous en fait part.

https://archive.org/details/CeQuilFautConstruireCqfc

Bon courage à toutes et tous,

Amicalement,

 

kuhing

 

(3)

Salut à toutes et tous,
 
Je souhaitais faire part d’une interrogation sur les disparités entre l’évolution de la pandémie entre les différents endroits dans le monde.
On peut trouver les chiffres en temps réel sur ce site :
 
 
On constate  que :
 
-Les cas augmentent grandement aux États-unis depuis plusieurs jours. ( 350 millions d’habitants, 130.000 contaminés au 29/03/2020; 1er cas le 20 janvier 2020 ).
-En Europe, ils suivent encore une courbe analogue bien que moins violente.
-En Chine, l’épidémie régresse.
-L’ Inde, pays de 1,3 milliards d’individus, compte actuellement moins de 1000 cas.
 
On peut penser ( j’ai vu aucune étude à ce sujet ) que la dissémination du virus, à partir de Wuhan, est essentiellement due au commerce entre la Chine et les pays industrialisés. J’ai appris il y a peu qu’il y avait des vols directs entre Paris et Wuhan ( je ne connaissais pas l’existence de cette ville avant le covid ).
Mais L’Inde, également inondée de produits chinois bon marché, ( premier cas de covid le 29 janvier, même date qu’en Italie ) se stabilise à un taux de contamination encore confidentiel. Pour le moment, il progresse très peu. Le confinement relatif en Inde date pourtant de moins d’une semaine et, dans une ville comme Mumbai ( plus grosse agglomération d’Asie ) des centaines de milliers de personnes vivent directement dans les rues dans la promiscuité, l’hygiène très relative, le dénuement complet.
Si dans les jours qui viennent, il n’y a pas une explosion de la pandémie en Inde, on peut se demander pourquoi le virus tueur a tant de mal à s’y développer.
La misère matérielle renforcerait-elle les défenses immunitaires ?
Cela semble peu probable.
Par contre, un autre type de misère, celle de ceux qui passent leurs semaines à se bousculer dans les transports pour se rendre à un travail aliénant, avec l’objectif d’avoir un nouvel écran plat dans leur salon, pourrait diminuer ces défenses immunitaires ; tout comme le stress d’être laissé sur le « bord du chemin ».
 
Qui a-t-il donc de particulier dans ce grand pays, l’Inde ? Est-il épargné par le seul fait du hasard ?
L’Inde est pourtant devenue la 5ème puissance économique mondiale. L’air, à New-Delhi, est irrespirable. 
Alors quoi ?
Une différence notable entre l’Inde et le reste du monde est le mode d’alimentation de sa population.
Alors que la France compte entre 2 et 3% de végétariens, l’Inde en compte 40% (lacto-ovo-végé). 
Je n’en tire ni en impose aucune conclusion.
Mais cela vaut peut-être la peine d’y réfléchir.
 
Amicalement 
 
kuhing
 
 
 
 

---
To unsubscribe: <mailto:caam-unsubscribe@lists.riseup.net>
List help: <https://riseup.net/lists>

Lire la suite

Sur la planète bleue

23 Mars 2020 , Rédigé par quelqu'un-e

Sur la planète bleue, il y avait les arbres, les fleurs, les oiseaux, la mer, l’air, l’horizon,  la vie; Ils en ont fait une vaste prison. 
Sur la planète bleue, les céréales, les fruits, les légumes suffisaient pour nourrir l’humanité; Ils ont préféré martyriser les vaches, les poules, les poissons pour les dévorer.
Sur la planète bleue, il y avait tout pour vivre dans un paradis; ils ont préféré construire un univers de plastique, de déchets, de gaz toxiques et de bombes.
Sur la planète bleue, il y avait des enfants qui auraient pu grandir en femmes et hommes libres, ils en ont fait des esclaves.
Sur la planète bleue, l’amour et le respect de la vie auraient pu s’épanouir; ils ont préféré cultiver la haine, la peur et la destruction.
Sur la planète bleue, ils ont tout gâché pour une canette de Coca-Cola et un hamburger emballé sous cellophane.
Sur la planète bleue, ceux qui ont fait ça mourront avec les autres.

kuhing

PS : je profite de ce message pour suggérer à Aurélien Barrau, à qui j’envoie une copie de mes courriels depuis quelques temps, d’utiliser sa notoriété et son intelligence pour créer un mouvement, non pas politique ni même citoyen mais juste humain, dans le but de tenter de sauver la vie sur notre planète.

Lire la suite

La vengeance du pangolin

20 Mars 2020 , Rédigé par quelqu'un-e

Salut à toutes, tous,

Alors que la pandémie continue sa progression paralysant peu à peu la planète et confinant ses habitants, on s’aperçoit que les émissions de CO2 diminuent, laissant un répit à notre planète qui par ce biais, semble vouloir dire stop à la folie humaine. 
Puisque personne ne fait rien de sensé, la nature semble avoir trouvé ce moyen radical pour se défendre.
À Venise, un des nombreux exemples, l’eau des canaux est redevenue claire alors qu’il y a moins de deux mois, elle ressemblait à un déversement d’égouts.
Fallait-il qu’il arrive une telle catastrophe sanitaire dont l’homme est le seul responsable, pour la nature reprenne ses droits sur la stupidité de ceux dont le seul objectif est d’augmenter le solde de leurs compte en banque ? 
A quelque chose malheur est bon . Que cela permette au moins de réfléchir.
Il y a cette consommation effrénée de viande qui est un facteur majeur de pollution. Sept calories alimentaires d’origine végétale sont nécessaires pour en produire une seule d’origine animale sans compter les tonnes d’eau potable dépensées. Et il ne s’agit pas là de considérations morales sur la souffrance et la mal-traitance animale mais de bilan énergétique. 
Et puis à force de se faire braconné et bouffé, le pangolin s’est vengé.
Cela peut être le cas, un jour, pour d’autres animaux moins exotiques.
Il y a bien sur, parmi les causes de la pandémie, cette course effrénée au profit qui engraisse une minorité d’individus au dépend de milliards d’hommes et de femmes. Si les hommes d’affaires ne se déplaçaient pas autant en Chine, manufacture du monde, la propagation de l’infection n’aurait sans doute pas pris une telle ampleur. 
Mais que vont faire ces nababs au ventre trop plein de tous leurs millions de dollars lorsque il n’y aura plus rien à acheter, que tous les voyages seront annulés et qu’ils auront, malgré tout leur fric, contracté le virus tueur ? 
Que vont faire ceux qui ne se sont pas insurgé contre cela et tous les autres qui n’acceptent pas ce système pourri ?
Les billets de banque, l’or et les chiffres qui apparaissent au bas de leurs relevés bancaires ne se mangent pas et ne guérissent rien, si tout s'arrête. 
Que ce triste épisode permette au moins de mettre en lumière toutes ces absurdités du système économique et social qui amènent la misère du plus grand nombre et la destruction de notre environnement.
Changeons radicalement de façon de fonctionner et de nous nourrir si nous voulons continuer à vivre.

Salutations anarchistes, 
Go vegan, 

kuhing
Lire la suite

Une vidéo d’Aurélien Barrau

10 Décembre 2019 , Rédigé par quelqu'un-e

Lire la suite

Genevieve Legay

25 Mars 2019 , Rédigé par quelqu'un-e

Salut à toutes et tous,

Nous apprenons, de l’autre bout du monde, l’agression lache et infâme de la militante pacifiste de longue date Genevieve Legay par les troupes de répression du gouvernement du jeune  Macron. 
J’ai eu l’occasion de croiser Genevieve souvent à Nice lors de manifestations ou de réunions. Elle prônait et se battait pour la paix.
Honte à ces guignols tristes et dangereux arrivés au pouvoir par une minorité de
gens qui ont votés pour eux par défaut ou à cause d’absence de perspective de vrai changement.
Ce gouvernement illégitime frappe sauvagement, aveuglement, impunément pour défendre ses privilèges donnés par ce système pourri.
Des dizaines de blessés graves, d’innocents éborgnés.
Jusqu’à quand tolererons nous ces injustices ?
Libertad et moi apportons notre entier soutien à Genevieve et notre souhait de prompt rétablissement.
Un jour , c’est sur, nous nettoierons toute cette fiante puante qui gouverne encore ce monde et l’emmène droit à la catastrophe.

Salut et fraternité,

kuhing
 

Lire la suite

Gilet jaune ou vie en rose ?

30 Décembre 2018 , Rédigé par quelqu'un-e

Salut la compagnie ni républicaine ni de sécurité,

 
Merci pour le lien*, je suis allé jeter un œil.(  *lien reçu sur la liste du Caam , en bas de ce texte )
A propos d’œil, j’ai appris que plusieurs personnes en ont perdu un lors de tirs de flashball et autres instruments de répression, voire de guerre.
D’autres ont été mutilés de main ou autres blessures corporelles.
Tout cela est bien sûr légal. L’Etat et ceux-celles qui le dirigent ont le droit de massacrer les gens qui remettent en cause leur pouvoir.
Les lois sont faites pour eux et ce sont eux qui les font pour ça.
Et si les affrontements devenaient plus généralisés, il ne fait pas grand doute que tant qu’ils le pourraient, les dirigeant-e-s, au service du système marchand, enverraient l’armée contre la population et, ne seraient pas moins sauvages que ceux qui gazent les populations au moyen-orient.
Je suis donc allé voir ce site d’information indiqué par Suzel, site qui se présente comme étant « communiste autogestionnaire ». Bien sûr il y a lappel à la révolte, à la grève générale mais il manque ce qui est le plus important à mon sens : quel projet ? Quelle construction sociale nouvelle à bâtir ? 
Sans projet alternatif une révolte est vouée à se faire mater.
Tant que l’objectif se limitera à bloquer des ronds-points ou affronter les CRS, la population et souvent les plus jeunes se feront tabasser et plus encore.
Il faut un projet clair pour parler vraiment de révolution. Parce qu’une révolution ne se limite pas à chasser Macron du pouvoir et « changer de constitution » comme je l’ai entendu récemment d’un français de passage là où je suis actuellement.
Il me parlait de révolution en France et quand je lui ai demandé ce qu’il entendait par là, il m’a répondu comme une évidence : « il s’agit de changer la constitution ».
Anarchistes, nous savons très bien que conserver une constitution étatique , comme le propose par exemple Mélanchon avec sa VI ème république, c’est continuer dans la voie du même système avec éventuellement (et ce n’est même pas sûr ) une redistribution dans laquelle les redistributeurs se sucreront au passage. 
On connaît l’histoire.
Le système marchand étant en bout de course au niveau mondial, la misère et la pollution continueront de plus belle avec la répression et les lois liberticides en prime.
 
Quel projet précis alors ?
 
Encore une fois, il est simple : s’organiser pour faire perdre à l’argent toute valeur, mettre à disposition de toutes et tous les ressources naturelles et moyens de les transformer pour produire en fonction des besoins réels et non dans le but d’une rentabilité financière réelle ou artificielle.
Dans le concret , commencer à supprimer les postes de péages de tout ce qui doit se payer : transport, soins médicaux, services, alimentation ...
Comprendre enfin que nous avons tous et toutes à gagner d’une société sans argent ni troc. Mettre à disposition ce qui existe et fabriquer ensuite ce dont on à besoin par ceux et celles qui souhaitent s’en charger, chacun-e dans le domaine qui l’intéresse qu’il soit manufacturé, culturel, de service.... 
Chacun-e pourrait trouver sa place en fonction de ce qu’il-elle a envie de faire, sans contrainte et profiter de ce que tout le monde fait.
Plus besoin de porte monnaie pour aller chercher du pain sinon le faire soi-même avec la farine fournie par ceux-celles qui savent et aiment faire de la farine.
 Avec une conscience suffisante, le passage à une société nouvelle telle que celle-ci pourrait se faire sans heurts puisque les « forces productives » se développeraient fortement et permettraient que chacun-e satisfasse ses besoins.
Les ressources énergétiques ne sont pas limitées contrairement à ce que certain-e-s écologistes de salon, aussi hypocrites que pollueurs eux-elles-mêmes veulent faire croire.
J’ai été amusé d’apprendre que Nicolas Hulot avait 5 voitures et plusieurs millions d’euros sur son compte en banque.
Mais même les riches ( en argent ) actuels en auraient plus c’est à dire autant qu’ils en veulent, comme les autres.
Construire des nouveaux espaces sans détruire ce que l’humanité a fait de bien.
Économiser sur le gâchis de tous ceux et celles dont la vie professionnelle consiste à contrôler son voisin, le réprimer, le juger, lui vendre des objets inutiles et polluants, trouver des manipulations artificielles pour faire des bénéfices financiers fictifs etcétéra.
Si ces forces de travail actuellement dilapidées étaient utilisées à bon escient, si l’on se débarrassait de toutes ses activités qui en plus de polluer, minent le moral et plongent dans la misère et la dépression, n’y gagneraient-on pas tous et toutes ?Mettre à disposition les moyens de transport, les habitations, l’espace, la nourriture, la culture, la science, la médecine; construire propre solide et fonctionnel et changer la propriété privée en liberté d’utilisation de ce qui est créé et mis à disposition.
 
On ne verrait plus alors  la vie alors en gilet jaune mais en rose.
 
L’humanité en est-elle capable ?
 
Asta luego amigos 
 
kuhing
 
......

Le 29 déc. 2018 à 01:19,    (via caam Mailing List) <caam@lists.riseup.net> a écrit :
 
Lire la suite

Gilets jaunes, suite et fin ?

19 Décembre 2018 , Rédigé par quelqu'un-e

Salut la compagnie,


Encore quelques mots sur la situation en France.
 
Comme supposé, le remous des gilets jaunes finit doucement sa course en eau de boudin. Quelques miettes promises par les Youpis qui dirigent la France suffiront pour que la colère retourne à la soumission habituelle. Sans compter les tentatives de main-mises des partis, y compris de droite et extrême-droite sur le mouvement.
Les Français-e-s n’ont donc pas atteint le niveau de conscience suffisant pour qu’il dépasse le stade de la revendication immédiate et comprendre que le temps serait venu de changer les bases de la société.
Aucun projet d’envergure n’est avancé et l’on va se satisfaire de l’os que l’on jette à un chien qui aboie.
Sans parler des partis politiques clairement inféodés au système, la situation permet à nouveau de voir que les petits partis d’extrême-gauche n’ont pas non plus de bon projet de société nouvelle. Le NPA, par exemple, demande une plus forte augmentation du SMIC mais garder un SMIC c’est accepter les bases de l’économie marchande. C’est la fameuse « revendication transitoire » chère au mouvement trotskiste. Mais transitoire vers quoi ? La transition est prévue pour eux vers un état tout puissant comme Lénine et Staline l’ont imposé au prix de millions de victimes.
Il ne s’agirait pas de renouveler une telle erreur. I
l y a cependant peu de chances que cela arrive après l’expérience de l’ex union-soviétique et de la bureaucratie chinoise qui a laissé des traces dans une bonne partie de la conscience collective.
Quant aux nationalismes, ils n’ont, sans doute, pas d’avenir : Si certains hommes et femmes bégaient, l’histoire ne se répète pas.
 
Libertaires et anarchistes
 
Le peu que l’on lit sur les trois fora francophones qui se présentent comme anarchistes ou libertaires fait état d’un clivage entre ceux et celles qui ont soutenu le mouvement des gilets jaunes parce qu’il se passait quelque chose qui ressemblait à une révolte et d’autres qui refusent de s’allier avec un flot qui charrie aussi des identitaires et autres sympathisants de l’extrême-droite.
Mais ces opinions n’influent pas sur le déroulement des choses parce que si les anarchistes savent polémiquer, ils-elles n’ont pas, par principe, vocation à diriger un mouvement. Par ailleurs les cadres dans lesquels ils ou elles s’expriment n’ont pas grand chose à voir avec la pensée libertaire : Les fora du net sont contrôlés par quelques petits contremaîtres qui épurent pour garder leur pouvoir virtuel. Ils sont même doublés parfois de vendeurs de Tee-shirts comme c’est le cas du forum tenu par un québécois « libertaire.net ». L’anarchisme devient alors son contraire voire un business.
Quant aux organisations dites libertaires ou anarchistes, qui regroupent au mieux 800 personnes dans toute la France, elles se placent à la traîne de l’extrême-gauche comme « Alternative Libertaire » le fait avec le NPA. Sinon elles nagent dans la confusion comme cela se passe pour la petite bande de faux-copains de la « fédération anarchiste ». 
Quel rôle pouvons nous alors attendre de ceux et celles qui se réclament de l’anarchisme ?
Il est, à mon avis, quasiment nul.
Les anarchistes ne peuvent qu’observer et espérer que la conscience collective atteindra le seuil suffisant pour que le vrai changement s’opère.
 
Quel changement ?
 
Au delà de la revendication immédiate, d’une augmentation du SMIC ou d’une diminution de la taxe sur le carburant, il manque une vision claire d’une société à mettre en place comprise par le plus grand nombre.
La liberté devrait en être la base.
Le succès d’un tel projet nécessite de se défaire de l’emprise des partis politiques et syndicats dont le rôle à terme est de maintenir le système de domination et d’exploitation actuellement en place.
Mais le projet est aussi simple à évoquer qu’il est même difficile à imaginer pour beaucoup et pour le moment.
Il suffirait pourtant de se mettre d’accord entre toutes et toutes pour produire et distribuer sans échanges marchands ni troc, selon la formule déjà ancienne mais qui résume parfaitement l’ensemble : « de chacun-e ses possibilités, à chacun-e ses besoins ». 
Il ne s’agit donc pas de détruire ce qui a été fait de bien ni de trancher des têtes mais de construire mieux  à côté grâce aux ressources mises à disposition de ceux et celles qui veulent en faire quelque chose de neuf et de bon.
Ainsi le vieux monde s’écroulera de lui-même comme un édifice vermoulu.
 
Le malaise
 
Outre les injustices flagrantes, les inégalités sociales, le formatage des esprits pour continuer à asservir la majeure partie des populations, il y a, notamment en France, ce qu’il est sans doute le plus difficile à supporter : un état de dépression morale généralisé, un mal-être qui mine les cerveaux.
Ce mal-être vient de l’absence de ce projet innovant qui fera que l’argent sera brûlé et les avoirs et échanges financiers dématerialisés, effacés des mémoires des ordinateurs.
 
Restons patient-e-s à défaut d’être optimistes.
 
A+
 
kuhing
Lire la suite

Gilets jaunes , suite

6 Décembre 2018 , Rédigé par quelqu'un-e

Salut,

Encore quelques mots sur ce qui se passe en France.
La situation évolue dans le sens de la traînée de poudre, semble-t-il.
Les quartiers populaires et toute une série de membres de métiers divers et variés se joignent au mouvement français qui dépasse maintenant la question du prix de l’essence.
Même si les vues sont différentes, je crois que nous sommes dans une situation où, consciemment ou inconsciemment, la remise en cause de la base même du système qui régit la planète actuellement est posée.
Restons lucides : les chances qu’un mouvement de ce type , même s’il se généralise au delà des frontières de la France, aboutissent favorablement, sont  faibles.
Même si l’équilibre du système est instable et la capacité pour les politiciens qui sont chargés de le tenir en place est faible, les possibilités de destruction de ceux qui dominent le monde sont grandes et elles pourraient anéantir la planète rapidement. 
Le pouvoir est une drogue suffisamment dure pour bombarder sans état d'âme des populations afin de le garder. Nous le savons bien et, certains le font en ce moment même, comme en Syrie par exemple.
Il faut s’attendre au moins à une récupération politicienne de cette révolte qui fait penser pour le moment presque à une insurrection . Le point intéressant est que les partis, syndicats ou leaders ne parviennent pas encore à récupérer et chapeauter le mouvement.
Mais il ne s’agit pas pour autant de se faire des illusions sur l’issue de ce conflit social.

Comment est- ce que cela pourrait évoluer favorablement ?
A mon sens, il faudrait que le niveau de conscience d’un grand nombre, dépasse le conflit direct et la colère pour s’orienter vers une autre façon de fonctionner.
Laquelle ?
Déjà construire au lieu de détruire.
Répartir les richesses, tel que certain-e-s le proposent, oblige à  garder le système marchand et, son fondement même ne permet pas de répartition équitable.
Imposer une répartition impliquerait au moins la mise en place d’une bureaucratie peut-être plus forte et répressive que celle qui existe actuellement et sans mettre en cause le système capitaliste.
Il s’agirait plutôt de mettre en place alternativement une mise à disposition pour toutes et tous les ressources qu’offre notre planète et utiliser l’intelligence humaine et ce qu’elle a su inventer de technologie pour produire selon les besoins et non pour réaliser un bénéfice financier.
Plus d’achat, plus de vente et bien sûr, pas de troc.
Si ce courant se met en place de façon massive ( peut-être déjà 1/4 de la population ?) alors l’argent perdra de sa valeur et les dominants qui appuient leur pouvoir sur lui ne pourront plus financer leurs forces de répression.
Le basculement pourrait se passer en presque douceur.

L’humanité est-elle capable dès maintenant de fonctionner sans argent ?
Pour beaucoup, ça reste impensable, voire inimaginable.
Mais un éclair de conscience général pourrait aussi arriver d’u coup parce que tout le monde aurait à y gagner, planète inclue. Alors qui sait et pourquoi pas ?

Sans parler de grand bouleversement de cet ordre, il serait déjà mieux, pour ceux et celles qui participent aux gilets jaunes, de trouver des moyens d’action qui arrangent tout le monde au lieu d’en pénaliser une partie : L’essence est trop chère ? Allons nous en servir en oubliant de payer, et généralisons ça à tout le reste en se mettant d’accord entre tous les corps de métier.

A+

kuhing

Lire la suite

Gilets beau ou gilet laid ?

4 Décembre 2018 , Rédigé par quelqu'un-e

Salut la compagnie,

Un mot sur ce qui se passe en France et que je vois de loin.
D’abord une première réflexion : il ne faut pas brûler Paris.
Même les Nazis s’en sont abstenus.
Ensuite il y a la colère et je la comprends; je l’ai vécue, j’essaye de m’en défaire.
Rien ne se réglera positivement dans la colère, je crois.
Nous en sommes à un mécontentement profond et général qui s’exprime pour une frange de la population française, toutes classes sociales ou presque ( semble-t-il ) et générations confondues.
Ce mouvement semble très radical dans sa détermination. 
Des gens pensent à Mai 1968. J’avais 11 ans à cette époque et 4 ans plus tard, je me découvrais et sentais « anarchiste ».
Aujourd’hui la situation est différente. Le mouvement ne semble pas pouvoir être contrôlé par un parti politique, en tous cas pour le moment.
Puisque le mouvement concerne beaucoup d’individus, on y trouve tous les courants de pensées qui pour le moment, semble-t-il, se situent plutôt vers ce qu’on appelle « la droite ».
Faut-il s’inquiéter de ça ? 
S’inquiéter ne sert en général pas à grand chose une fois qu’on est prévenu.
Ce qui est intéressant est que ce mouvement semble gagner les grandes corporations et, j’ai vu que les agriculteurs se joignaient au mouvement.
Ce qui est intéressant aussi est qu’une des revendications est « la mise en place d’un référendum populaire » qui se déclencherait chaque fois qu’une pétition que chacun-e pourrait initier,  atteindrait 600.000 signataires ( avec mise en place d’un système de contrôle électronique sécurisé ). 
Il ne s’agit pas là de démocratie directe mais d’une de ses évocations , ce qui n’est déjà pas si mal, je trouve.
Ce qui est moins intéressant est que le but exprimé de tout ça est de négocier avec le gouvernement  et de s’en remettre finalement à toute l’institution politique qui va retourner l’histoire dans le sens des intérêts de ceux qui profitent du système actuel.
Et les intérêts sont gigantesques même s’ils concernent une frange très minoritaire de la population.
C’est finalement ce qui risque de se passer même si le mouvement dépasse les frontières de la France pour s’étendre jusque on ne sait où.
Mais il faut tenir compte aussi d’une faiblesse politique générale des gouvernements : quasiment tous, sur la planète, sont « élus » avec environ 20% de la population active et moins encore pour l’ensemble. Une fois élus, la grogne s’exprime partout même si elle est souterraine et pas forcément progressiste.
Le château de carte reste fragile mais la tentation autoritaire reste possible même si l’expérience si nazisme a fait tiré des leçons dans la conscience collective.
Une évolution favorable serait une prise de conscience globale qui amènerait les individus à s’organiser différemment sans avoir à casser ce qui a été construit de bon précédemment.
La Terre offre assez d’espace encore pour l’aménager mieux et proprement.
Les villes actuelles pourraient devenir des musées de l’ancienne civilisation et l’on pourrait même , pour les nostalgiques, y habiter encore.
Bien sûr : abolir les rapports marchands : fabriquer ce dont on a besoin sans avoir à le vendre , l’acheter ni l’échanger.
Le reste, libéré des contraintes actuelles, se ferait de lui-même par simple bon-sens.
Toujours agréable d’y rêver, déjà.

Alors « gilet beau » où « gilet laid » ?

Asta,

kuhing
---

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>